Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques Montréalaises
  • Chroniques Montréalaises
  • : La vie à Montréal et au Québec vue par une française en expatriation pour quatre ans d’études
  • Contact

Profil

  • Aleitheia
  • Thésarde en biologie et passionnée de sports plus ou moins extrêmes, de nature et de voyages...
  • Thésarde en biologie et passionnée de sports plus ou moins extrêmes, de nature et de voyages...

Recherche

Archives

28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 09:34

Je vous en remet une couche de ce parler Québecois?

 

qui_parle.jpg

Les anglicismes... vieille bataille entre la France et le Québec, souvent en défaveur des Français d'ailleurs, qui soit-disant ne font plus attention à la pureté de leur langue et l'anglicise à tout-va... La preuve que non, les Québecois ne font pas du tout le même chose!! 


  • en voiture : les freins sont les braques, on parque son véhicule et l'essence s'appelle le gaz
  • cruiser : j'en ai déjà parlé auparavant,signifie draguer
  • une blague se dit une joke
  • un boulot se dit une job
  • on n'a pas de portable mais un cell
  • c'est fou = c'est fucké
  • c'est mignon = c'est cute (parfois écrit quioute pour les non-anglicisants)
  • un dépanneur (un vrai, pas une épicerie de quartier) c'est un towing
  • on ne branche pas une prise, on la plugge
  • on n'annule pas un rendez-vous, on le cancelle
  • on ne planifie pas une réunion, on la cédule (de to schedule)
  • une chanson c'est une toune (tune)
  • ici on a du fun
  • quand 2 personnes d'un couple sont assorties, ça fitte!
  • c'est toffe : un vrai mot étrange au sens caché, signifie c'est dur et ça vient de "tough"
  • une pile c'est une batterie

 


Là tout de suite les français se croient plus malins... jusqu'à ce que les québecois leur rappellent que : 



  • un e-mail se dit courriel ici
  • en informatique, le slash n'existe pas, c'est une barre oblique
  • l'arobase? jamais entendu parler, c'est un A commercial
  • pas de week-end mais une fin de semaine
  • le fair-play?? Très peu pour le québec, il s'agit d'un jeu équitable
  • pas de ferry-boat mais un traversier
  • pas de pop-corn mais du maïs éclaté
  • Pas de puzzle mais : 

 

dsc00232.jpg


Personnellement j'en rigole pas mal mais des puristes pourraient mal le prendre... Mais j'ai laissé tomber depuis un moment l'étude des 2 langages pour savoir quel français, de celui de France ou du Québec, est le plus "français" justement... Au fond quelle importance? 

 

 

 

Repost 0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 12:01

Alors ça fait presque 9 mois au complet que je suis ici... Et pourtant je ne parle toujours pas parfaitement le Québecois! J'ai réussi à me faire :


  • au "bienvenue" qui signifie "de rien", 
  • au "allô" qui signifie "salut", 
  • j'ai toujours quelques difficultés avec le gars au téléphone à qui tu dis "au-revoir" et qui te répond "bonjour" (pas facile de réprimer l'étonnement!). 
  • J'ai même intégré dans mon vocabulaire le "c'est plate" qui signifie "c'est dommage", 
  • et le "c'est fucké" qui signifie que c'est fou ou déjanté. Et pourtant...

 

Florilège de mes quiproquos de ces dernières semaines : 


  • "T'es allumée" : non, ne signifiait pas que j'étais folle, mais que quelque chose m'a vraiment plu

 

  • "T'es chaude ce soir" : certes ça porte à confusion et on a tendance à le prendre plus ou moins bien mais il ne s'agit pas de drague, tout simplement "Tu es ivre" (et je n'ai pas dit qu'on parlait de moi hein!)

 

  • "Tu es bourrée" : non je n'étais pas ivre (arrêtez de croire que je bois!!) mais juste que j'ai bien mangé, en d'autres termes : "Tu es repue"!

 

  • "Qu'est-ce que tu penses du PQ?"... Hum, la première chose qui me vienne à l'esprit c'est "c'est une invention utile", heureusement je n'ai rien dit parce qu'en fait le PQ, c'est le Parti Québecois en politique.

 

  • "Je pars en vadrouille", alors là besoin du dialogue :

- réponse du Québecois : "Ah oui, moi je le fais une fois par semaine mais là c'était vraiment sale, j'ai dû le faire hier!".

- Réponse de ma part : "???".

Oui, une vadrouille, c'est une serpillère.

 

  • "Regarde la lumière"... Euh... En fait il s'agissait des feux de signalisation

 

  • "Bûcher" n'a rien à voir avec le fait de travailler ou réviser, cela signifie frapper.

 

  • "C'est ordinaire" : ce n'est pas que ce soit banal, mais que c'est "pas terrible", assez péjoratif quand on parle cuisine!

 

Ne vous inquiétez pas, j'en ai encore plein en réserve!!! 

 

 

Repost 0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 18:00

Bon, je vous ai déjà fait quelques billets sur le parler Québecois... Mais dans une langue il est important et même indispensable de savoir, jurer (sisi!). 

Je vous présente donc mon


lexique spécial gros mots en Québecois!! 

 

 

1. On ne dit pas "jurer" mais "sacrer" en Québecois. Et effectivement, la plupart des jurons viennent du vocabulaire religieux. 


2. Les 4 principaux jurons en Québecois : 

 

  • "crisse" : déformation de "Christ", peut être utilisé selon plusieurs modes : "crisses d'automobilistes" par exemple, quand un malheureux piéton est arrosé par une voiture qui passe dans la flaque juste à côté ; "ça dure en crisse" : utilisé pour appuyer le sens de la phrase ; "petit crisse" = enfant (péjoratif). Ou plus simplement, on l'utilise en exclamation : "Crisse!".
  • "câlice" : souvent utilisé dans la phrase "j'men câlice" (= je m'en fous!)
  • "ostie" : en général utilisé comme "des osties de..." (mettez le mot que vous voulez), la traduction la plus simple étant "des putains de...)
  • "tabarnak" : les français disent "tabernacle" mais non, la prononciation est bien celle que je vous donne. Attention, c'est un juron vraiment fort, la plupart du temps les Québecois utilisent une variante plus "douce" telle que "tabarnouche" (fréquent) ou "tabarouette". Un étranger qui s'écrie "tabarnak" quand sa voiture passe sur un nid-de-poule est un Montréalais parfaitement intégré. S'utilise également pour appuyer un terme ; "c'est long en tabarnak" signifie "c'est vraiment très long" (trop).

 

A savoir que ces 4 jurons peuvent être utilisés en combinaison : 

  • crisses d'osties de déneigeuses
  • crisse de câlice d'ostie de tabarnak. A noter que le sens des mots n'a aucune importance ; "ostie de câlice de crisse de tabarnak" a exactement le même sens que "tabarnak d'ostie de crisse de câlice". La traduction française donne à peu près "putain de bordel de merde à la con, fait chier!" (désolée pour les oreilles sensibles). 

 

A savoir également, règle des pluriels : 

  • "crisse" et "ostie" peuvent être utilisés au singulier comme au pluriel
  • "câlice" et "tabarnak" sont singuliers

 

3. Quelques autres en vrac : 

 

  • ciboire
  • calvaire
  • Sainte Viarge
  • sacrer : utilisé généralement comme "sacre ton camp d'ici" (=pars!) ; peut être avantageusement remplacé par "Crisser son camp d'icitte", ce qui accompagne généralement une sortie avec plus ou moins de dignité ("je crisse mon camp d'icitte" avec regard outragé et porte claquée).

 

4Termes moins grossiers mais tout de même péjoratifs :

 

  • kétaine = ringard
  • niaiseux = imbécile, peut-être utilisé comme adjectif (= stupide=
  • colon = beauf
  • frais chié / péteux = snob
  • moron = connard

 

Pour les autres, venez donc les apprendre vous-même!! Mais en attendant retenez le point numéro 2 et les 4 jurons principaux, c'est le plus important!!

Repost 0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 10:00

Je crois que je n'ai pas fini d'apprendre le Québecois... Chaque fois que je pense avoir compris l'essentiel de leurs mots et leurs expressions, j'en découvre de nouveaux. Parfois le contexte suffit pour comprendre la signification sans demander des précisions et passer pour une idiote, et parfois, euuuuuhhh... 

Petite revue de ce que j'ai pu entendre ces dernières semaines : 

 

  • "On serait mieux sans culotte, non?" : non il ne s'agissait pas d'une proposition indécente!! Une culotte c'est un pantalon et absolument pas un sous-vêtement quelconque ; pour le-dit sous-vêtement, on parle de "bobette" (mot que je trouve assez bizarre, je l'admets) ; en fait il s'agissait juste d'une réponse à ma réflexion sur la température extérieure, et le fait qu'on serait plus à l'aise si on pouvait mettre des jupes ou des shorts pour aller travailler au mois de juillet

 

  • "tu n'as pas de camisole?" : pour rester dans le registre vestimentaire, une "camisole" c'est simplement un débardeur... même si j'ai cru un bref instant qu'on me prenait pour une cinglée.

 

  • "Tu peux me passer ma canne s'il vous plaît?" : alors là il faut noter 2 choses : d'abord les Québecois tutoient à peu près tout le monde mais l'expression est toujours restée "s'il vous plaît". Ensuite une canne est une boîte de conserve. La personne en question me demandait juste de lui passer sa boîte de petits pois (ou autre chose, je ne sais plus) et non pas de chercher pendant 5 minutes une hypothétique béquille...

 

  • "tu peux me passer ton crayon?" : ce à quoi j'ai répondu "désolée je n'en ai pas", ce qui a failli être très mal perçu puisque un crayon, c'est un stylo bille, le mien était alors posé juste à côté de moi... Ouf j'ai rattrapé le coup avant d'être taxée de fourmi pas prêteuse.

 

  • "On va à la cueillette?" : en plein milieu d'une journée de boulot, y a de quoi se demander pourquoi on nous propose soudainement d'aller faire le plein de myrtilles (des bleuets comme on dit ici) ou de quoi que ce soit d'autre à cueillir dans les bois... En fait pas du tout, la cueillette c'est le retrait d'un colis ou d'une lettre par un coursier...

 

  • "regarde dans la filière" = "regarde dans l'armoire" (je ne pouvais pas deviner)

 

  • "réchauffe le café s'il vous plaît" : ne signifie absolument pas que le breuvage est froid mais juste que la personne souhaite qu'on lui en resserve une tasse...

 

  • "Des zucchinis" comme réponse à ma question "qu'est-ce que tu manges?" Non ce n'est pas une énième variété de pâtes italiennes mais juste des courgettes.

 

Enfin bref tout ça pour dire que le ridicule ne tue pas et heureusement pour moi! (Et le premier qui se moque... j'attends de vous voir venir ici... Je sens qu'on va bien s'amuser... )

Repost 0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 05:00

prenezPasChance 

(comme vous le voyez ici, risque = chance!!)

 

Il y a quelques temps je vous ai parlé de la langue québecoise et des quelques bizarreries qui lui étaient attachées... Depuis j'ai appris quelques expressions intéressantes (je vous laisse imaginer ma tête lorsque je les ai entendues pour la 1e fois) : 

 

  • adresse civique : numéro de maison (ça sur les formulaires on arrive à comprendre)
  • j'ai mon voyage = j'en ai assez
  • être chaud = être ivre
  • mets-en = et comment (celle-là j'ai mis un certain temps avant de comprendre)
  • tranquillement pas vite = peu à peu
  • y a pas personne = y a personne (là aussi, pas facile)
  • donner un quiou = informer
  • se pogner le cul = s'ennuyer (vous noterez ici toute la poésie de la langue)
  • fait que = expression intraduisible qui termine souvent une explication assez vaseuse...

 panno-interrogation.jpeg

J'ai également pas mal de problèmes avec le "non merci". En effet, je me suis rendue compte que j'utilisais relativement souvent ces mots (comme tout français bien élevé). Or ici ça coince : "merci" est toujours utilisé en signe d'acquiescement et non de refus... Donc si on vous propose de vous resservir quelque chose et que vous ne voulez pas, il faut simplement répondre "non". Alors expliqué comme ça ça n'a pas l'air compliqué... Mais allez donc vous débarrasser d'un réflexe pareil! Au choix je me retrouve donc avec : 

  • un sourire poli d'un québecois connaissant suffisamment les français pour comprendre
  • un éclat de rire moqueur devant mon incapacité à manier correctement la langue française
  • un nouveau service, puisqu'on a converti ma phrase en "oui volontiers"

 

Enfin j'ai toujours l'air de me moquer mais au fond c'est plutôt drôle, et puis j'ai remarqué que les français ici depuis quelques mois prennent assez vite ces expressions... J'entends souvent l'un de mes collègues s'exprimer à coups de "fait frette" (=il ne fait pas chaud aujourd'hui) et de "c'est pas pire là" (= ce n'est pas mal). De plus en fouillant un peu dans le langage des français on devrait trouver quelques perles intéressantes... 

24579 372379348574 323976503574 3781868 5340043 n

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 17:00

"Eh oh, elle nous prend pour des imbéciles ou quoi??"

 

Non vraiment je vous assure que non... Mais c'est pas si facile que ça d'arriver à compter dans ce pays. Le système métrique existe au Canada depuis 40 ans mais les vieilles habitudes étant tenaces tout le monde compte encore avec le système anglo-saxon : 

 

  • 1 livre = 500g
  • 1 pouce = 2.5 cm
  • 1 pied = 30cm = 12 pouces
  • 1 verge = 3 pieds = 0.914m (pas de mauvais esprit s'il vous plaît)
  • 1 once = 28g
  • 1 tasse = 250 mL
  • 1 pinte = 1L (et c'est super car en plus on distingue "pinte sèche", "pinte liquide" et autres...
  • 1 pied carré = 0.093 m2

 

Ici on ne compte pas en degrés celsius mais en fahrenheit et les tailles de vêtements ne sont pas les mêmes, vive les cabines d'essayage.

 

Le plus drôle ce sont les tailles de chaussures, qui diffèrent suivant le sexe. Vous me direz on ne change pas souvent de sexe. OK. Mais pour les gens comme moi qui ont des palmes à la place des pieds ça peut être ennuyeux, comme en témoigne mon achat de ma première paire de runnings : 


"Quelle est votre pointure?"

"Un 43 Européen..." (déjà j'ai eu honte mais après tout un vendeur de chaussures doit bien connaître les équivalences de taille)

"Alors un 43 femme... je suis désolé cette taille n'existe pas!"

"Euh... j'achète toujours mes chaussures de sport au rayon homme..."

"Ah oui mais ici vous ne pouvez pas faire ça, il y a des tailles homme et des tailles femme!"

(en effet, un 10 homme équivaut à un 43 alors qu'un 10 femme est un 41). 

"Bon mais je fais comment pour acheter ma paire de chaussures alors?"

La réponse a été trouvée facilement après que le vendeur m'ai mesuré le pied et soit allé me chercher un 11 femme (43 donc) en me gratifiant au passage d'un "ça se sont des tailles qu'on ne vend vraiment pas souvent!". Oui bon ben c'est comme ça, ça me rend plus stable!!!

 

Enfin bref tout ça pour dire que vous je ne sais pas, mais moi j'ai toujours du mal à compter convenablement ici...

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 18:08

L'une des premières choses qu'un Québecois m'a dit c'est "en France vous ne parlez pas bien français". Moui bon je veux bien admettre que ça ne soit pas toujours parfait, certes. Mais qu'on vienne me dire qu'au Québec la grammaire et l'orthographe sont respectés, euuuuhhhhh... : 

 

090911 orthographe ascenseur 1018979

2642349814 small 1 fautes

L-embarcad-re-1 240446 10150188727568096 620883095 7030720 2328342 o

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin bref ceci n'étant qu'un petit aperçu!! 

 

Justificatif Québecois : "c'est parce qu'ici la langue est surtout parlée, on n'écrit pas beaucoup!". 

OK... alors en vrac nous avons : 

  • "J'ai faiTE mon travail"
  • "Tu le sais-tu?"
  • "ensuite de ça"

Bon en fait c'est plutôt marrant et ça reste très compréhensible, et puis le Québecois dérive à la base du breton et du normand et je dois bien admettre que les habitants de ces deux régions ne parlent pas toujours un français parfait, loin de là (sans mépris aucun pour les normands et les bretons hein!). 

images (1)

Là où on rigole, c'est en matière d'anglicisme. Le Québec est en effet une province très fière de sa langue, et chaque québecois se vante de parler le français et que "nous on France on mélange le français et l'anglais, on ne fais pas attention à la pureté de notre langue". Certes en France on fait beaucoup d'anglicismes. Alors qu'ici pas du tout, voyez plutôt : 


  • caller un meeting = organiser une réunion
  • lunch = repas de midi
  • c'est fun = c'est bien
  • une party = une fête
  • alldressed = garni (ça se dit à propos des pizzas ou des hots-dogs, à noter par contre qu'on dit "chien chaud" parce qu'ici on parle français hein)
  • steamé = cuit à la vapeur
  • tape = ruban adhésif
  • waitress = serveuse

 

 

A noter que la plupart des anglicismes ici sont dits avec un accent français : 


  • canceller = annuler
  • céduler = planifier
  • cruiser = draguer
  • parquer = garer (on saisit ici toute l'ironie de la chose, en France on gare une voiture dans un parking, ici on parque son auto dans un garage... finalement on n'est pas si différents!)

 

Cela dit ok on dit "fin de semaine" et non pas week-end, rien qu'avec ça on reconnaît les français.

langue

Enfin et je reviendrai dessus ultérieurement il faut bien comprendre certains mots : ici on écoute un film (à première vue ça semble idiot mais en fait ça ne l'est pas moins de regarder un film), on ne fait pas de shopping mais on magasine, on n'a pas d'amies mais des amies de filles (allez comprendre), une balayeuse est un aspirateur, un crayon est un stylo, on chauffe une voiture au lieu de la conduire et on rajoute des     "-tte" partout (icitte, au boutte...). 

 

Finalement quand on aura compris que breuvage signifie boisson, que boisson signifie alcool, bienvenue de rien, qu'on ne chatte pas sur Internet mais qu'on clavarde, qu'une canne est une boîte de conserve et que bonjour veut dire au revoir... eh bien on n'aura fait que commencer!! 

 

Ah pour les hommes français qui viendraient par ici en famille, surtout ne dites pas que vous allez "jouer avec vos gosses"... parce qu'ici "gosses" veut dire "testicules" (alors que "gosser" veut dire bricoler", c'est vraiment n'importe quoi!...)^^

Repost 0